24 juin 2019 1 24 /06 /juin /2019 07:22

Mercredi 19 juin, je suis allée voir mes parents en leur maison de retraite, à 30km de Toulouse.

Ce n'est pas une mince affaire, car j'ai été interdite d'avion sur Easyjet, sans savoir pourquoi (voir le 3 octobre 2018),

ma réclamation n'ayant jamais reçu de réponse. Faute d'avion, ce fut donc le train, celui qui part tôt

le matin pour l'aller, et celui qui revient tard le soir pour le retour.
 


L'aller commença normalement,  à 6h52, avant de tourner à l'accumulation de désordres: travaux

aux alentours de Saint-Pierre des Corps, travaux avant Bordeaux, retards cumulés que nous

annonçait le conducteur, qui faisait de son mieux pour rattraper le temps.



 

(NB: ce n'est pas moi qui ai mis un cadre noir autour de cette vidéo, et je vais tout faire pour l'enlever)

Quand nous fûmes presque arrivés à Toulouse, le bouquet final: une alerte au colis piégé

rendait l'entrée en gare, dans laquelle les pompiers étaient à l'oeuvre, impossible. Une fois le lieu

sécurisé, il fallut trouver les taxis, déplacés, qui se demandaient où avaient bien pu passer les Parisiens du

train de 11h (il était presque midi). J'arrivai à la maison de retraite vers midi vingt, mes parents

avaient bien entamé le déjeuner sans moi, mais une bouteille de vin de Saumur rosé emportée

en emballage isotherme dans mes bagages permit d'attendre que je les rattrape.
 


J'avais aussi apporté des bigarreaux, car c'est la pleine saison des cerises, que ma mère

aime beaucoup (dénoyautées et coupées en deux). Mon père était en forme, je ne sais plus

ce qui a motivé cette posture intéressante, l'appareil photo traînait ouvert au bon moment.
 


Après le café et le dessert nous sommes allés dans leur nouvelle chambre, qui n'est plus orientée

plein sud. J'ai entrepris de vérifier leur téléphone avec lequel j'ai un contentieux chronique à quelques

centaines de kilomètres de Toulouse: le problème fut identifié et résolu. Ensuite, j'ai déballé les livres

apportés (ceux achetés au Salon du Livre 2019), le général (de Gaulle) pour mon père, et les livres illustrés

pour ma mère, dont un eut un franc succès ("Un tout petit coup de main", hilarant). Il y avait au mur

des photos, dont une très jolie de mon père avec le Président Mitterrand, prise dans la Cour

de l'Hôtel des Invalides, en 1989. L'après-midi a passé très rapidement, puis ce fut le dilemme du

retour à Toulouse, la maison de retraite étant très excentrée, il est difficile de trouver un taxi pour repartir.
 


Finalement, j'en trouvai un, qui me déposa en gare de Pibrac vers 17h40, pour le train TER de 18h06, ce

qui me permettrait de prendre en correspondance le TGV pour Paris de 18h49, dont j'avais déjà le billet.
 


Las, alors que j'attendais en gare de Pibrac, peu après 18h, le TER qui était annoncé

normalement pour 18h06, fut soudain affecté d'un retard de 30 minutes...

Ci-dessous la basilique de Pibrac, visible depuis le quai de la gare, pour calmer les esprits...
 


La malédiction ferroviaire continuait! Quand enfin, le TER arriva, ponctuel avec son retard, aucune

explication ne nous fut fournie par les contrôleurs, l'affichage intérieur manifestait même une

schizophrénie horaire déroutante, indiquant les horaires habituels (sans retard), tout en donnant

l'heure réelle, décalée. Nous sommes arrivés à Toulouse-Matabiau à 19h04.
 


Des trains avaient été retardés au départ, mais le TGV de 18h49 était, hélas, bien parti à l'heure.

Cependant, je pus échanger mon billet en me présentant dès notre arrivée à Toulouse, contre une place

dans le train de nuit qui suivait, où il en restait, et ce fut l'attente dans la salle des pas-perdus...
 


On m'avait attribué une couchette, mais je préférai un espace moins confiné (plus inconfortable

et un peu bruyant, mais avec vue sur Bordeaux Saint-Jean, Agen, et les autres gares fantômatiques,

silhouettes étranges, éoliennes, croisées très vite en cours de voyage). Pas de lune, dommage!
 


Parti à 22h30, le train de nuit laissa derrière lui les trombes d'eau qui s'abattirent sur Toulouse

un peu plus d'une heure après (j'ai au moins échappé à ça!)  Nous n'eûmes que des brumes

nocturnes campagnardes et une fine pluie chagrine en arrivant en Ile-de-France. La gare d'Austerlitz

était quand même passablement dégoulinante à 7h du matin, et la chasse au café-croissant

très courue. Je décidai de rentrer déjeuner chez moi, et fis une sieste récupératrice... de 5h.


Sylvie, blogmestre

PS: comme je le craignais, il y eut bien une intrusion dans mon logement en mon absence

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche